Fête de la Science 2015 : le Labex à l’université Paris Diderot

Lors de la Fête de la Science 2015, le Labex présente des ateliers animés pour un public scolaire le 8 et 9 octobre, et pour le grand public le samedi 10 octobre. N’hésitez pas à nous rendre visite pour découvrir ces activités !

15 esplanade Pierre Vidal Naquet – 75013 Paris

Halle aux Farines, Salle 027C – Accès grand public le samedi 10/10 de 12h à 17h

 

2-igosat_rvb_orange_degrade.jpgLE NANOSATELLITE IGOSAT

Igosat est un projet de satellite étudiant. C’est un nanosatellite, qui auritse des missions d’importance secondaire pour des coûts relativement modiquess. Qu’est-ce qu’un nanosatellite? Qu’est-ce qu’un projet étudiant ?

Une animation et des films courts décrivent le projet IGOSat et son fonctionnement.

Intervenants : Hubert Halloin, enseignant-chercheur, et Marco Agnan, service Techniques expérimentales

 

menu-e3.pngONDES GRAVITATIONNELLES

Les ondes gravitationnelles sont un des messagers non photoniques privilégiés aujourd’hui pour avoir accès à « l’Univers non lumineux ». Comment le détecte-t-on?

Ces techniques de détection sont exposées grâce à une table d’interférométrie: cela permet d’effectuer des mesures à partir des interférences entre les ondes.

Intervenants : Matteo Barsuglia, chercheur, Eric Chassande-Mottin, chercheur responsable du groupe Gravitation, Christelle Buy, service Techniques expérimentales

 

PW@APC : PENZIAS ET WILSON

En 1965, Penzias et Wilson, deux physiciens américains, découvrent le rayonnement de fond cosmologique, première preuve observationnelle du Big Bang.

Le laboratoire Astroparticule et cosmologie (APC) a mis au point un détecteur de fond cosmologique qui reproduit cette expéreience 50 ans après.

Les manipulations avec cet instrument permettent de mieux comprendre son fonctionnement et d’observer ce rayonnement primordial.

Intervenants : Andrea Tartari, chercheur, Joseph Martino, service Techniques expérimentales

 

TRAJECTOIRES DANS UN POTENTIEL DE ROCHE

“ Si la plupart des étoiles vivent en couple, contrairement au Soleil, seuls quelques uns des nombreux systèmes binaires qui existent dans notre Galaxie donnent naissance à un système binaire qualifié de X. Les astrophysiciens interprètent le rayonnement intense issu de ces systèmes comme un produit du transfert de matière entre une étoile et un reliquat stellaire qui subsiste sous la forme d’un objet compact (étoile à neutrons, trou noir). En tombant sur l’objet compact, le gaz s’échauffe et peut former un disque dit d’accrétion autour de l’objet compact.
Grâce à des surfaces de potentiel qui rendent compte du mouvement des particules dans ce genre de systèmes, j’illustrerai les principaux phénomènes à l’oeuvre dans les binaires X et en particulier le transfert de masse par remplissage de lobe de Roche. Outre des maquettes desdits potentiels, j’utiliserai lors de cette présentation une applet destinée à représenter la trajectoire de masse-test dans différentes conditions.”

http://demonstrations.wolfram.com/TrajectoryOfATestMassInARochePotential/

Intervenant :  Ileyk El Mellah