I6 : De la poussière aux planètes

Consultez les actualités du projet!

.

  • Le processus par lequel les planètes se forment autour des étoiles est activement débattu. Il est généralement admis que les planètes se forment dans un disque protoplanétaire, riche en poussières et de gaz qui se forme autour d’une étoile jeune. Cependant de nombreuses questions importantes restent sans réponse concernant les différentes phases de la formation des planètes et sur l’évolution des planètes juste après leur formation: comment les poussières coagulent pour former les qui serviront à former les planètes, comment les planètes évoluent-elles et acquièrent-elle leur composition chimique ? Répondre à ces question nécessite un approche multi-disciplinaire, à l’interface entre l’astrophysique et les géosciences, et utilisant des outils de nature très différentes tels que la simulation numérique, les expériences de laboratoire et l’observation et l’exploration in-situ des planètes.

    Des contraintes importantes sur les phases les plus précoces de la formation planétaire peuvent être apportées par l’observation de jeunes disques protoplanétaires (à l’aide des instruments VISIR et JWST), mais aussi par des mesures en laboratoire sur la composition et la structure des météorites qui nous renseignent sur la chronologie de la formation de la matière primitive et ses conditions physico-chimiques de formation.

     

    Vue d’artiste d’un système planétaire en formation

     

    La structure interne des planètes peut être contrainte en étudiant la composition de ses principaux réservoirs géochimiques et en étudiant leur évolution thermique ultérieure. Les données ont des origines diverses : données géophysiques (obtenues notamment par le biais du champ de gravité de la planète, ou mesures sismiques, ou mesures physiques de surface) observations in-situ grâce à des satellites ou véhicules d’observation (cartes topographiques, images de paysages volcaniques). Également, les expériences de laboratoire à haute pression sont cruciales pour la compréhension de la physique de la différenciation planétaire, et en particulier pour comprendre la répartition des éléments entre la croûte, le manteau, le noyau.

     

    Vue d’artiste de la phase finale de la formation d’une planète tellurique


    Tel un système totalement interconnecté, l’atmosphère d’une planète évolue conjointement avec sa surface. Cela peut conduire à la formation de structures de surface dynamiques comme les dunes, comme cela a été observé dans tout le système solaire. Elles constituent un outil puissant pour contraindre la dynamique atmosphérique et des matériaux de surface, mais dont la morphogenèse et le lien avec les conditions climatiques sont encore mal compris.

     

    Ces 3 axes de recherche sont naturellement liés, et correspondent à trois périodes dans l’évolution planétaire. Ceux-ci feront l’objet de trois thèmes de recherche ambitieux:

    • Formation (thème 1): l’assemblage des planètes : des poussières aux embryons planétaire
    • l’évolution précoce (thème 2): différenciation, structure interne et l’évolution géologique des planètes telluriques
    • L’évolution à long terme (thème 3): les interactions atmosphère-surface

    Ces trois thèmes de recherche sont liés entre eux et, ensemble, contraindront les processus de formation des planètes et d’évolution planétaire par le biais d’expériences, d’observations et de simulations numériques.

    Ce projet a été lancé en janvier 2014 et se base sur deux projets précédents « Formation des planètes et de la Lune » et « Dunes dans le Système Solaire »

     

    Description détaillée des différents thèmes de recherche

    De la poussière aux embryons de la planète

    L’objectif du thème de recherche 1 est d’étudier l’évolution la plus précoce des systèmes planétaires en combinant trois approches complémentaires (observation, mesures et expériences en laboratoire et simulations numériques) afin de dresser un tableau global des premières phases de la formation planétaire, soit dans notre système solaire, soit dans les systèmes exo-planétaires. Notre but est (1) d’étudier le mécanisme et la chronologie du transport des poussières et des planètes dans le disque protoplanétaire et (2) de contraindre les processus à l’origine des premiers solides et de leur transformation (condensation, irradiation) par l’étude des variations dans les compositions chimiques et isotopiques des composants des météorites primitives.

    Les observations de jeunes disques protoplanétaires fournissent des informations cruciales sur la structure à grande échelle et le transport de la poussière ainsi que sur la structure thermodynamique du disque. Les analyses en laboratoire des météorites et les simulations expérimentales de certains processus clés fournissent des informations importantes sur la composition isotopique et chimique de la poussière, ce qui entraîne des contraintes sur la structure thermodynamique de la nébuleuse et sur le transport. La simulation numérique de disques protoplanétaires est l’outil idéal pour tester des scénarios d’évolution de disques protoplanétaires afin d’interpréter les données. Notre projet est d’implémenter dans le code numérique des traceurs isotopiques afin de reproduire les compositions observées dans les météorites.

    Pour les aspects observationnels, AIM est impliqué dans l’instrument VISIR (Visible and Infrared Spectro imager, au VLT au Chili) et a garanti du temps sur le spectro-imageur et le coronographe (MIRI) sur le télescope spatial James Webb qui sera lancé en 2020. Les images infrarouges des disques protoplanétaires entourant les jeunes étoiles (<107 ans) révéleront les premières phases de la formation planétaire. Ces instruments sont idéaux pour contraindre la grande structure (dans l’infrarouge) de jeunes disques circumstellaires encore riches en gaz, en termes de répartition spatiale de la poussière et de température en fonction de la distance. Ils fournissent des contraintes importantes sur la dynamique précoce de la poussière dans le disque protoplanétaire et aideront à calibrer les modèles numériques, ainsi que des informations contextuelles pour interpréter les données isotopiques. Du côté de l’observation, deux tâches clés seront menées pour répondre aux questions suivantes :

    • Quelle est la distribution radiale de la poussière dans le disque en fonction de l’âge de l’étoile ?
    • Comment la poussière se dépose dans le plan médian : les gros grains se déposent-ils dans le plan médian et la poussière reste-t-elle dans les couches supérieures ?
    • Quelle est l’influence de la turbulence et est-il possible de déduire la présence de zones mortes (zones dépourvues de turbulence en raison d’une faible ionisation) ?

    Travailler sur les zones mortes est particulièrement prometteur car il y a de plus en plus de preuves que les zones mortes pourraient être des régions favorables à la formation de grands objets (de l’ordre du cm) qui sont nécessaires aujourd’hui pour former des planètesimaux ou même des embryons planétaires à travers des processus d’instabilité de ruissellement ou d’accrétion de peluches. A cet égard, nous estimons le taux de coagulation des poussières dans ces régions ainsi que leur structure thermique afin de voir si des signatures isotopiques peuvent être attendues.

    Ces informations seront interprétées à la lumière des données expérimentales. En effet, il est nécessaire d’améliorer et de développer l’étude des traceurs isotopiques (nucléides radioactifs à courte durée de vie ; gaz nobles ; variations isotopiques stables dépendantes de l’équilibre, cinétiques et non massiques), ce qui pourrait limiter plus précisément le moment et la nature de processus tels que la condensation à haute température, l’interaction gaz-poussière et l’accrétion planétaire. Ces processus, qui ont produit et façonné les premiers solides de l’ordre du micromètre, les premières planètes, ainsi que les blocs de construction des planètes terrestres, peuvent également être simulés expérimentalement. Des techniques analytiques de pointe combinant haute résolution spatiale et haute précision sont nécessaires pour extraire toutes les informations des échantillons naturels (météorites, Lune, Mars, Terre) et des échantillons expérimentaux (équilibre haute pression, volatilisation/condensation, irradiation, adsorption, adsorption, diffusion). Une nouvelle plateforme de cosmochimie expérimentale est en construction à l’IPGP qui vise à simuler certains processus physiques clés concernant l’interaction gaz-poussière.

    Notre approche est développée en 5 tâches :

    • Qu’est-ce que l’âge et la composition des CAI et des chondrules nous disent vraiment sur la formation du système solaire ?
    • Comment pouvons-nous limiter les processus d’irradiation dans le système solaire précoce à partir d’analyses de grains de sol lunaire, de chondrules météo et
    • de CAI ?Pourquoi et comment la composition isotopique des principaux éléments volatils (O, N et C) a-t-elle changé si rapidement dans le disque d’accrétion interne ?
    • Quelle est l’origine des éléments hautement volatils dans les corps parents à partir de simulations en laboratoire des interactions gaz-poussière ?
    • Comment et quand les premiers planètesimaux se sont-ils formés ?

     

    Comme les observations de disques et les mesures en laboratoire fournissent des contraintes sur le transport des solides, il est nécessaire de fournir des scénarios de transport à grande échelle s’appuyant sur la physique des disques protoplanétaires gazeux et poussiéreux basés sur des simulations numériques. De ce côté, AIM dirige le développement d’un vaste programme de modélisation axé sur le transport des premiers solides dans le disque protoplanétaire et leur incorporation dans les embryons, y compris la dynamique turbulente, les effets radiatifs et les interactions planète-disque. Des modèles simples de fractionnement chimique et isotopique sont inclus dans les simulations de transport turbulent de poussières afin de tester différents scénarios pour interpréter les données isotopiques. Trois tâches importantes de modélisation sont en tête de liste :

    • Développement d’un modèle de transport de poussière dans le disque protoplanétaire, prenant en compte les turbulences et la condensation des poussières (réfractaires près du Soleil et volatiles près de la ligne de neige).
    • Couplage du modèle de transport de poussière avec un code de transfert radiatif afin de créer des images synthétiques pour l’observation spatiale des disques.
    • Développement d’un modèle thermodynamique à disque protoplanétaire afin de contraindre la condition de formation de poussière, afin de la comparer avec les données de laboratoire.Estimation du flux d’irradiation des poussières dans le disque afin de calibrer des expériences de fractionnement des poussières sous irradiation.

    A côté des premières phases de formation de la planète, les simulations de N-corps de transport d’embryons dans le disque (dans le cadre du modèle de Nice) conduisent à contraindre l’origine radiale des blocs de construction qui se sont assemblés dans les planètes terrestres modernes. Cela conduit naturellement à des interactions avec le thème de recherche 2 qui s’intéresse à la différenciation initiale et à la structure intérieure des planètes terrestres.

     

    Différenciation, structure intérieure et évolution géologique des planètes terrestres.

    Les processus qui ont eu lieu pendant la différenciation initiale de la Terre sont raisonnablement bien compris, la composition des principaux réservoirs chimiques (croûte, manteau et noyau) est relativement bien connue, et la manière dont la chaleur interne est perdue dans l’espace par la tectonique des plaques est comprise tant du point de vue de l’observation que de la modélisation. Pour les autres planètes terrestres, cependant, notre compréhension de ces processus est considérablement plus limitée, et de nombreuses questions de premier ordre restent sans réponse. Par exemple :

    • Quelle est l’épaisseur et la composition de la croûte de Mercure, de la Lune et de Mars ?
    • À quelles profondeurs se produisent les transitions de phase majeures dans les manteaux de Mars et de Vénus, et comment ces transitions de phase affectent-elles la convection du manteau et la dynamique du panache ?
    • Quelle est la taille du noyau métallique de Mercure, Mars et la Lune ? Et quelles sont les abondances d’éléments d’alliage léger tels que le soufre, le carbone et le silicium dans la partie liquide de leurs noyaux ?
    • Mercure, Mars et la Lune possèdent-ils un noyau intérieur solide ? Et la cristallisation du noyau est-elle la source d’énergie qui alimente le champ magnétique généré par la dynamique du mercure aujourd’hui ?
    • Quelle était la source d’énergie qui alimentait les premières dynamos de Mars et de la Lune, et pourquoi leurs dynamos se sont éteints plus tard ?

    Pour répondre à ces questions et à d’autres, ce projet s’appuie sur une approche à trois volets, en utilisant les données géophysiques recueillies par des missions planétaires, des expériences en laboratoire à haute pression et des modélisations numériques et géophysiques. Les membres de cet axe de recherche participent actuellement à plusieurs missions planétaires de la NASA et de l’ESA au niveau du cochercheur et du chercheur principal, y compris les missions géophysiques de la NASA vers la Lune (GRAIL) et Mars (InSight), et les missions orbitales de l’ESA vers Mercure (BepiColumbo) et Jupiter (JUICE). De plus, les membres de notre projet ont récemment terminé la construction d’un laboratoire de géomatériaux haute pression de classe mondiale qui effectue actuellement ses mesures. Ensemble, ces ensembles de données nous offrent une perspective unique pour élucider les questions susmentionnées concernant la différenciation, l’évolution intérieure et l’évolution géologique des planètes terrestres.

    Les deux premières années du projet UnivEarthS I1 ont financé nos analyses des données gravitationnelles lunaires acquises au cours de la mission principale de la mission GRAIL (Gravity Recovery and Interior Laboratory). Les résultats de notre groupe ont montré que la croûte de la Lune est beaucoup plus mince qu’on ne le pensait, que la croûte a été fortement fracturée par des milliards d’années de cratère d’impact, et que les variations latérales de la température de la croûte ont eu une influence dramatique sur la morphologie des bassins d’impact géants. Au cours de cette première étape de l’analyse, UnivEarthS a financé un postdoc et a contribué à la publication de deux articles dans la revue Science. Nous disposons maintenant des données gravitationnelles de la mission étendue, dont la résolution spatiale est deux fois meilleure que celle acquise au cours de la mission primaire. Maintenant, nous visons à étudier des processus qui étaient auparavant hors de portée, comme la signature gravitationnelle d’anomalies magnétiques et d’intrusions magmatiques, et la structure souterraine de cratères d’impact simples et complexes de taille moyenne.

    Au moment où la proposition initiale d’UnivEarthS a été sélectionnée, notre groupe prévoyait de fournir un sismomètre à la mission géophysique lunaire japonaise SELENE-2 (avec un lancement vers 2018). Depuis, la NASA a choisi la mission géophysique martienne InSight, lancée en 2018. Les membres de notre groupe de recherche fournissent, au niveau du chercheur principal, le seul instrument qui dépasse le “seuil scientifique” de la mission. Cet instrument est SEIS, le sismomètre à très large bande qui développé à l’IPGP et qui effectuera les premières mesures sismiques à la surface de Mars.

    Les données de cette mission limiteront la taille du noyau martien, détermineront s’il existe un noyau interne solide, détermineront l’épaisseur de la croûte et rechercheront les discontinuités sismiques dans le manteau (entre autres objectifs). Le projet UnivEarthS a précédemment accepté de financer un post-doc LabEx et un étudiant en thèse cofinancée pour l’analyse sismique liée à la mission SELENE-2, et ces ressources ont été réorientées vers la mission InSight dans le cadre de ce projet révisé.

    La recherche que nous développons nous aidera à contraindre et à comprendre la différenciation primordiale des corps terrestres dans le système solaire. Nous prévoyons de comprendre l’évolution précoce de Vesta en combinant la géochimie isotopique de haute précision avec la géochimie expérimentale par l’étude du fractionnement isotopique des éléments sidérophiles et volatils (Si, Cr, Ga, Cu, Zn, Sn), ainsi que des éléments modérément sidérophiles (W, Mo). L’un des objectifs est de comprendre l’accrétion de ce qu’on appelle le Late Veneer sur de petits embryons planétaires. Ces études peuvent être appliquées à la compréhension du système Terre-Lune après l’impact géant par la comparaison entre les échantillons Apollo et les charges expérimentales, une fois de plus avec un accent particulier sur les éléments volatils et leur fractionnement isotrope. Nous avons accès à une très grande collection de SNC et nous avons l’intention de proposer des modèles raffinés de différenciation martienne, de comprendre les processus qui peuvent se produire dans un laps de temps très court et de les comparer avec le temps relativement long de l’accrétion terrestre. Ces études exigent toutes un savant mélange d’expériences et d’observation cosmochimique et l’accès à des échantillons “rares”, et représentent une intégration parfaite des expérimentateurs dans cette proposition avec les cosmochimistes.

     

    Interfaces planétaires : interactions atmosphère-surface-intérieur.

    L’atmosphère du corps planétaire sans tectonique des plaques se forme et survit principalement par la libération de substances volatiles du manteau (ou coquille de glace) par volcanisme (ou cryovolcanisme) et la persistance de réservoirs de surface pour ces substances volatiles. La présence et la survie d’une atmosphère offre ainsi une fenêtre sur l’évolution de l’activité volcanique, la dynamique et la composition de l’atmosphère (climat), la géologie et la géodynamique d’un corps planétaire.

    L’objectif du thème de recherche 3 est donc d’étudier le couplage fort entre les intérieurs, les surfaces et les atmosphères des corps planétaires, en limitant leur formation et leur évolution concomitantes tout au long de l’âge du système solaire. Cet axe combine la caractérisation conjointe des enveloppes solides et fluides des planètes terrestres, satellites et exoplanètes suivant une approche planétologique comparative complète (avec Mars, Titan et “exoplanètes avec une atmosphère” comme archétypes), de manière multidisciplinaire. Ce projet comprend l’analyse des données de mission planétaire, des simulations numériques et des expériences en laboratoire.

     

    Couplage atmosphère/intérieur/habitabilité sur Mars.

    La mission INSIGHT, dont l’atterrissage est prévu sur Mars en 2018, fournira les premières contraintes sur les discontinuités du manteau martien et définira mieux l’épaisseur et la composition de la composition de la croûte. Les contraintes sur la taille du manteau, si elles sont couplées à de meilleures contraintes sur les propriétés thermodynamiques des transitions de phase du manteau, peuvent être utilisées pour mieux modéliser et comprendre la dynamique du manteau martien précoce, la convection du manteau, les taux de production crustale et l’évolution de la composition basaltique. De plus, les contraintes sur la croûte et la densité de la masse fondue du manteau peuvent être utilisées pour estimer la quantité de matière fondue stockée à l’intérieur ou en dessous de la croûte par rapport à la quantité de matière fondue qui atteint la surface et libère ainsi ses volatils dans l’atmosphère. Avec les nouvelles données fournies par la mission INSIGHT, nous visons donc à limiter la co-évolution couplée intérieur/atmosphère de Mars et son impact sur l’habitabilité primitive de la planète.

    INSIGHT fournira également le premier observatoire géophysique et météorologique couplé sur Mars. Nous nous attendons à ce que la mission détecte le bruit microsismique généré par l’interaction du vent avec la surface. Ceci sera utilisé pour surveiller et contraindre la structure de la dynamique de la couche limite atmosphérique et pour contraindre les processus de saltation de surface.

    La physique des dunes et le lien avec le climat planétaire.

    Au cours des dernières années, de nouvelles collaborations ont été établies avec l’Académie chinoise des sciences afin de mettre au point un nouveau type d’expérience sur le terrain conçu pour examiner la physique des dunes de sable dans leur environnement naturel en utilisant des conditions initiales et limites contrôlées. Cette expérience dite à l’échelle du paysage est un concept nouveau et unique, particulièrement bien adapté à des fins de validation et de quantification. Compte tenu des conditions extrêmes rencontrées dans les déserts arides et des échelles de temps associées au développement des formes de lit, les expériences in situ sur les dunes de sable éolien doivent combiner des installations logistiques avec des mesures à long terme.

    En relevant avec succès ces défis en Chine, grâce au climat local et à l’expertise sur le terrain des scientifiques chinois, nous avons pu obtenir de nouvelles preuves expérimentales pour la formation des dunes et leur alignement dans des régimes éoliens multimodaux. De là, nous disposons d’un ensemble unique de données pour étudier la morphodynamique des dunes, qui est destiné à être mis en relation étroite avec la morphodynamique des dunes et le climat sur Terre et d’autres corps planétaires où des dunes ont été observées (Mars et Saturne plus grand Titan lunaire).

     

     

     

     

  • restab title=”Team”]

    POSITION NOM LABORATOIRE GRADE, EMPLOYEUR
    WP leader

    Thème 3

    S. Rodriguez AIM/IPGP Assistant Professeur, Univ Paris Diderot
    WP co-leader

    Thème 1

    S. Charnoz AIM/IPGP Professeur, Univ Paris Diderot
    WP co-leader

    Thème 2

    C. Michaut IPGP/ENS Lyon Professeur, Univ Paris Diderot
    WP membre M. Moreira IPGP Professeur, Univ Paris Diderot
    WP membre F. Moynier IPGP Professeur, Univ Paris Diderot
    WP membre M. Chaussidon IPGP DR, CNRS
    WP membre J. Siebert IPGP Professeur, Univ Paris Diderot
    WP membre P. Lognonné IPGP Professeur, Univ Paris Diderot
    WP membre R. A. Garcia AIM Ingénieur de recherche, CEA
    WP membre S. Matis AIM Ingénieur de recherche, CEA
    WP membre M. Drilleau IPGP IR, CNRS
    WP membre E. Clévédé IPGP CR, CNRS
    WP membre C. Narteau IPGP Professeur Assistant , Univ Paris Diderot
    WP membre A. Lucas AIM/IPGP Postdoc/CR CNRS
    WP membre Pignatale Francesco IPGP Post-doc
    WP membre Sossi Paolo IPGP Post-doc
    WP membre Creech John IPGP Post-doc
    WP membre Deng Zhengbin IPGP Doctorant
    WP membre Kubik Edith IPGP Doctorant
    WP membre Allibert Laetticia IPGP Doctorant
    WP membre Ke Zhu IPGP Doctorant
    WP membre Mahan Brandon IPGP Doctorant
    WP membre Peron Sandrine IPGP Doctorant
    WP membre M. Thiriet IPGP Doctorant Labex, C. Michaut
    WP membre F. Karakostas IPGP Doctorant Labex, P. Lognonné
    WP membre M. Saade IPGP Post-doc Labex
    WP membre L. Fernandez IPGP Doctorant Labex

  •  

    Thème 1 – FORMATION “De la poussière et du gaz aux embryons de la planète”

     

    Le système d’ablation laser qui a été acquis grâce au financement du Labex fonctionne maintenant de façon routinière. Suite à notre premier article (Chaussidon et al. RimG 2017), l’étudiant diplômé Zhengbin Deng y a travaillé pour étudier les processus thermiques et l’âge des premiers solides du système solaire (chondrules). Il a écrit un manuscrit qui est sur le point d’être soumis à la GCA dans lequel nous montrons que nous pouvons suivre l’évaporation partielle de Mg des chondrules fondus et combiner cela avec un excès radiogénique de 26Mg pour évaluer l’âge des événements de chauffage.

    Avec le post-doc Sossi, nous avons développé les premières mesures isotopiques V dans les CAI et trouvé les premières preuves définitives de l’irradiation précoce du système solaire (Sossi et al. 2017, Nature Astronomy).

    Nous avons maintenant terminé la première série d’expériences d’évaporation à fO2 et T variables afin de développer une nouvelle échelle de volatilité applicable aux environnements planétaires. Nous avons développé un ensemble complet de modélisation thermodynamique sur ces données et nous avons une ébauche d’un manuscrit qui sera bientôt soumis à la GCA.

    De plus, nous avons effectué des expériences sur les conditions directes de formation des noyaux dans un océan magmatique profond (P≥ 40 GPa et T≥ 3000 K) pour limiter la distribution du Mn et du Na entre le noyau et le manteau. Les résultats montrent que la Terre a connu une volatilisation post-nebulaire limitée et que la Terre a subi une déplétion volatile similaire à celle des chondrites (condensation incomplète dans la nébuleuse solaire).

    Nous avons également montré que la Lune était isotopiquement identique à la Terre pour tous les isotopes de Cr et de Fe. Ces résultats sont très importants en ce qui concerne le mode de formation de la Lune et pour le matériel à l’origine de l’impact géant qui doit être très similaire à celui de la Terre (Sossi et Moynier 2017, EPSL et Mougel, Moynier, Goepel, 2017 EPSL).

    Du côté de la formation des planètes, grâce au LABEX, nous avons réalisé un travail important sur l’origine de Phobos et Deimos (les lunes martiennes), en collaboration avec Pascal Rosenblatt (ORB) et avec Hidenori GENDA (ELSI, Tokyo). Ce travail est d’autant plus opportun que l’agence spatiale japonaise (JAXA) a programmé une mission de retour d’échantillon à Phobos en 2024.

     

    Thème 2 – ÉVOLUTION PREMIÈRE “Géologie et structure interne des corps du système solaire”

     

    Les premières années du programme ont été consacrées à l’analyse des données gravimétriques à haute résolution de la Lune provenant de la mission GRAIL de la NASA. Les travaux du post-doc Labex K. Milkovic (2012-2014), aujourd’hui chercheur permanent à l’Université Curtin, Australie, ont montré que le plus grand nombre de grands bassins d’impact observés sur le côté proche de la Lune est dû aux températures plus élevées causées par la forte concentration en éléments radioactifs de ce côté (Miljkovic et al., Science, 2013). Ce travail a été l’un des principaux résultats obtenus par l’équipe scientifique de GRAIL.

    Notre thème a ensuite vu une transition de l’analyse des données du GRAIL à la préparation de la mission InSight de la NASA vers Mars (lancement le 5 mai 2018). En comparant les modèles d’évolution thermique 1D et 3D, l’étudiant en doctorat Mélanie Thiriet a montré que, malgré les changements dans les modes de chauffage (fond / interne) pendant le refroidissement des planètes terrestres, comme Mars, le refroidissement du manteau est bien représenté par des lois d’échelle paramétrées utilisant des ensembles spécifiques de paramètres, que Mélanie Thiriet a caractérisé (Manuscrit en préparation).

    La dernière contribution du Labex à InSight a commencé en mai 2017 avec le postdoc de Maria SAADE. Maria SAADE développe les outils de modélisation pour calculer les sismogrammes de la structure 3D de Mars, y compris la rotation de la planète, l’ellipticité, les variations crustales et la variation latérale du manteau. Ces outils seront très importants dans l’inversion et la production des premiers modèles de référence, comme détaillé dans Panning, Lognonné et al (2017).

     

     

    Thème 3 – ÉVOLUTION À LONG TERME ” Interactions atmosphérique-surface-intérieur “

     

    Depuis le début du projet, notre objectif est d’étudier les déserts et les dunes extraterrestres afin de comprendre l’interaction complexe entre les climats planétaires et les sédiments de surface. Grâce à l’étude de la dynamique des dunes linéaires, avec l’aide d’analogues terrestres pertinents, nous avons pu mieux évaluer les propriétés de la dynamique atmosphérique et du régolithe de Titan et de Mars.

    La morphodynamique des dunes dans le contexte de régimes de vents multidirectionnels complexes reste à comprendre. Nous avons consacré l’année 2017 à l’analyse de la dynamique particulière des dunes linéaires ratissées terrestres que l’on trouve non seulement dans de nombreux déserts terrestres, mais aussi sur Mars et Titan (Lü et al., 2017). Les dunes linéaires en dents de scie gardent une orientation constante sur des distances considérables avec une asymétrie marquée entre un motif périodique de structures semi-crescentes d’un côté et une pente continue de l’autre. Nous avons montré que cette forme est associée à un type de dune en régime permanent résultant de la coexistence de deux mécanismes de croissance des dunes (le mode “instabilité du lit” et le mode “doigté”).

    En ce qui concerne les dunes extraterrestres, nous avons poursuivi nos efforts pour exporter nos connaissances sur les dunes terrestres et la dynamique du désert afin de contraindre la nature, l’origine et l’évolution des dunes de Mars et de Titan, et de mieux caractériser les climats et les sols de Mars et de Titan.

    Nous rapportons, pour la première fois, la détection des tempêtes de poussière de Titan (Rodriguez et al., Nature Geoscience). Les occurrences de tempêtes de poussière, au-dessus des champs de dunes, fournissent pour la toute première fois une preuve directe de l’activité réelle possible des champs de dunes sous-jacents, dans les conditions atmosphériques actuelles (en termes d’humidité de surface et de force du vent).

    Au cours de l’année 2017, en utilisant les données micro-ondes et infrarouges de Cassini, nous avons étudié en détail la composition et les propriétés texturales des sédiments constituant les immenses mers de sable de Titan (y compris les zones dunaires et interdunales), encore largement inconnues.

    Enfin, dans le but de profiter de ce projet LabEx pour collaborer plus étroitement avec les membres du WP actuel travaillant sur un autre thème, nous avons très récemment développé des expériences et des projets utilisant l’instrumentation INSIGHT (bras robotique, caméras et package météorologique) avec les enquêteurs du Thème 2 pour étudier les propriétés du régolithe martien et sa réponse au forçage du vent. Nous avons également l’intention de surveiller les cratères d’impact à proximité du site d’atterrissage de l’INSIGHT et d’aider à l’interprétation de la détection sismique connexe en termes de régolithe et de propriétés des matériaux près de la surface. Toutes ces investigations sont coordonnées avec les collègues du Thème 2 et participent officiellement aux activités scientifiques des groupes de travail INSIGHT Science Operation, Surface et Atmosphère (Golombek et al, Spiga et al, Daubar et al. en préparation).

     

  •  

     

    Theme 1:

     

    Baillié K., Charnoz S., Time Evolution of a Viscous Protoplanetary Disk with a Free Geometry: Toward a More Self-consistent Picture. 2014. Apj 786, id.35

    Tajeddine R; N., Rambaux; Lainey, , S. charnoz and 3 co-authors. Constraints on Mimas’ interior from Cassini ISS libration measurements. Accepted in SCIENCE (publication in Nov. 2014)

    S. Charnoz, J. Aléon, N. Chaumard, E. Tailliffet. Formation of CAI by coagulation and fragmentation. Submitted to Icarus. Moderate revisions required.

    Baillié K., Charnoz S., Pantin E. Evolution of front regions and planet traps in an evolving protoplanetary disk. Submitted to A&A

    Charnoz S. , Michaut C. Dynamical and thermodynamical evolution of the protoluar disk. Submitted to Icarus.

    Chaussidon M. & Liu M.C. Early Solar System processes: from nebular gas to the precursors of the Earth. AGU Monograph “Early Earth”

    Furi E, Chaussidon M. & Marty B. (accepté) Evidence for an early nitrogen isotopic evolution in the solar nebula from volatile analyses of a CV3 CAI. Geochim. Cosmochim. Acta

    Luu T.-H., Young E.D. , Gounelle M. & Chaussidon M. (en révision) A short time interval for condensation of high temperature silicates in the solar accretion disk. Proc. Nat. Acad. Sci.

    Mishra R. & Chaussidon M. (2014) Fossil records of high level of 60Fe in chondrules from unequilibrated chondrites. Earth Planet. Sci. Lett. 398, 90-100.

    Moreira M., Charnoz S. . The origin of the neon isotopes in chondrites and Earth, Submitted to EPSL

    Paul S. Savage, Heng Chen, Igor S. Puchtel, Gregory Shofner, J. Siebert, J. Badro, F. Moynier. Under review, Nature Geoscience.

    Moynier, F. et Fegley, B. The Earth’s building blocks. AGU monograph, accepted with revisions.

    Chen, H., Moynier, F., Humayun, M., Bishop, MC, Williams, J. Cosmogenic effects on Cu isotopes in IVB iron meteorites: Implications for the Hf-W chronometry. Geochimica et cosmochimica acta. Accepted with revisions

    Chavrit, D., Moreira, M. Moynier, F. Unusual neon isotopic composition in Neoproterozoic sedimentary rocks: fluorine bearing minerals or impact event? Precambrian Research. In review.

    Siebert, J., P. Sossi, I. Blanchard, B. Mahan, J. Badro, F. Moynier. Chondritic Mn/Na ratio and limited post-nebular volatile loss of the Earth. In revision to EPSL.

    $Sossi, P., Nebel, O., O’Neill, H., Moynier, F. Progressive Accretion of Earth’s Moderately Volatile Elements revealed by Zn Isotopes. In review to Chem. Geol.

    *Paniello, R., Moynier F., Zn isotopes composition of ordinary chondrites. In revision to GCA.

    Moynier, F., Fike, D., Menard,G., Fisher, W., Grotzigner, J., Agranier, A. Fe isotopes and the redox state of the ediacaran ocean. Accepted with revision to Geology.

    Charbonnier, Moynier, Bouchez, Ba isotope geochemistry. In review to Science Bulletin.

    Mougel, B., Moynier F., Goepel, C. Chromium isotopic homogeneity between the Earth, the Moon and enstatite chondrites. 2017 EPSL. In press.

    Badullovich, Moynier, *Creech, *Sossi and Teng. Tin stable isotopic fractionation during igneous differentiation. 2017 GPL. In press.

    Mahan, B., Moynier, F., Beck, P., Pringle, E., Siebert, J. Thermal history and volatile loss in carbonaceous chondrites: insights from water content, Zn isotopes and volatile element abundances. 2018, 19-35. GCA.

    Kato and Moynier. 2017. Gallium isotopic evidence for the origin of moderately volatile elements in planetary materials. 479, 430-439. EPSL.

    Dhaliwal, JK, Day, J., Moynier, F. Volatile element loss during planetary magma ocean phases. 2017. Icarus. In press.

    Bollard, J. Connelly, J., Whitehouse, M, Pringle EA, Bonal, L., Jorgensen, J. Nordlung, A., Moynier, F., Bizzarro, M. 2017 Early formation of planetary building blocks inferred from Pb ages of chondrules.. Science. Advances. 3 (8), e1700407

    Day, J., Moynier, F., Shearer, C. 2017. Last stage magmatic degasing from a volatile depleted Moon. PNAS. 10.1073/pnas.1708236114

    *Kato and Moynier. 2017 Gallium isotopic evidence for a volatile depleted Moon. Science Advances. 3 (7), e1700571

    Rodovská, Z., Magna, T., Zak, K., Kato, C., Savage, P., Moynier, F., Skala, R., Jezek, J. 2017. Implications for behavior of volatile elements during impacts – zinc and copper systematics in sediments from the Ries impact structure and central European tektites. MAPS. In press.

    Magna, T. Zak, K., Pack, A., Moynier, F. Mougel, B., Skala R., Jonasova S., Mizera J., Randa, Z. 2017 Zhamanshin astrobleme : O-Cr evidence for a carbonaceous chondrite impactor. Nature Communications. DOI: 10.1038/s41467-017-00192-5

    *Pringle, E., Moynier, F. 2017 Rubidium isotopic composition of the Earth, meteorites, and the Moon: evidence for the origin of volatile loss during planetary accretion. EPSL. 473, 62-70

    $Creech, J., Moynier, F. Bizzarro, M. Tracing metal/silicate segregation and late veneer in the Earth and in the ureilite parent body with palladium stable isotopes. GCA. 216, 28-41.

    $Sossi, P., Moynier, F. 2017 Chemical and isotopic kinship of iron in the Earth and Moon deduced from the lunar Mg-Suite. EPSL. 471, 125-135

    *Amsellem, E., Moynier, F., Pringle, E., Bouvier, A., Day, J. 2017 Testing the chondrule-rich accretion theory with Ca isotopes. EPSL. 469, 75-83

    *Pringle, E.A., Moynier, F., Beck, P., Paniello, R., Hezel, D.C., 2017. The origin of volatile element depletion in early solar system material: clues from Zn isotopes in chondrules. Earth Plan. Sci. Lett, EPSL, 468, 62-71$Creech, J., Moynier, F., *Badullovich, N. 2017. Tin stable isotope analysis of geological materials by double-spike MC-ICPMS. Chem. Geol. 457, 61-67.

    Moynier, F., Shaw, A., LeBorgne M. 2017. Zinc isotopic behavior during Alzheimer’s disease. GPL. 3, 142-150.

    Moynier, F. Fujii, T. Ab initio calcualtion of Ca isotopic fractionation between molecules relevant to biology, geology and medical sciences. 2017, Scientific Reports. 7: 44255.

    Day, J., Moynier, F. Meshik, A., Pradivtseva, O., Petit, D. Evaporative fractionation of volatile elements during the first nuclear detonation. 2017 Science Advances. Vol. 3, no. 2, e1602668 DOI: 10.1126/sciadv.1602668

    $Mougel, B. Moynier, F. Gopel, C., Koeberl, C. Chromium isotope evidence in impact ejecta for the nature of the impactors of the Sudbury and Vredefort structures. 2017 EPSL. 460, 105-11.

    *Kato, C., Moynier, F., Foriel, J., Teng, FZ, Puchtel, I. The gallium isotopic composition of the bulk silicate Earth. 2017 Chem Geol. 448, 164-172

    Sossi, P. Moynier, F. Chaussidon, M., Villeuneuve, J., *Kato, C., Gounelle, M. Early Solar System Irridiation revealed by correlated vanadium and beryllium isotope variations in meteorites. 2017 Nature Astronomy. 10.1038/s41550-017-0055

    $Creech, J.Baker, J., Handler, M., Lorand, JP, Storey, M. Moynier, F. Bizzarro, M., Late accretion history of terrestrial planets inferred from stable isotopes. GPL. 2017. 2, 94-104

    Moynier, F. The isotope geochemistry of Zn. Encyclopedia of geochemistry.

    Chaussidon, M. *Deng, ZB, Villeneuve, J., Moureau, J., Richter, F., Moynier, F. In situ analysis of non-traditional isotopes by SIMS and LA-MC-ICP-MS: key aspects and the example of Mg isotopes in olivines and silicate glasses. 2017 Review in mineralogy and geochemistry. Vol. 82. 127-164

    *Mahan, B., Siebert, J., Pringle, E., Moynier, F. Elemental partitioning and isotopic fractionation of Zn between metal and silicate and geochemical estimation of the S content of the Earth’s core. 2017 GCA, 196, 252-270

    Moynier, F., Vance, D., Fujii, T., Savage, P. The Cu and Zn isotope geochemistry. Review in Mineralogy and Geochemistry. 2017. Vol. 82, 543-600

    Morard, D. Andrault, D. Antonangeli, Y. Nakajima, A.L. Auzende, E. Boulard, S. Cervera, A. Clark, O.T. Lord, J. Siebert, V. Svitlyk, G. Garbarino, M. Mezouar. Structure and density of Fe-C liquid alloys under high pressure. In press. GRL

    Blanchard, J. Siebert, J. Badro. 2017. The solubility of heat-producing elements in Earth’s core. GPL, 5, 1-5. 

    Morard, D. Andrault, D. Antonangeli, Y. Nakajima, A.L. Auzende, E. Boulard, S. Cervera, A. Clark, Lord, J. Siebert, V. Svitlyk, G. Garbarino, M. Mezouar 2017. Fe-FeO and Fe-Fe3C melting relations at Earth’s Core-Mantle Boundary conditions: implications for a volatile-rich or oxygen-rich core. EPSL, 473, 94-103.

    Suer, J. Siebert, L. Rémusat, N. Menguy, G. Fiquet 2017. A sulfur-poor terrestrial core inferred from metal-silicate partitioning experiments. EPSL, 469, 84-97.

    Jaupart, E., Charnoz, S. and Moreira, M. 2017 Primordial atmosphere incorporation in planetary embryos and the origin of terrestrial Neon. Icarus 293, 199-205.

    Peron, S., Moreira, M., Putlitz, B. and Kurz, M.D. 2017 Solar wind implantation supplied light volatiles during the first stage of Earth accretion. GPL 3, doi: 10.7185/geochemlet.1718.

    Charnoz S., Canup R.M., Crida A., Dones L. 2018. The Origin of Planetary Ring System. To appear in “Planetary Rings 2”, C.D. Murray and M. Tiscareno Eds., Univ. Of Arizona Press

    Mousis O., Charnoz S., et al., 2017. Scientific rationale for Uranus and Neptune in situ explorations. Submitted to PSS

    *Hyodo R., Genda H., Charnoz S., Rosenblatt P., 2017. On the Impact Origin of Phobos and Deimos. I. Thermodynamic and Physical Aspects. ApJ 845, id. 125

    *Hyodo R., Charnoz S., Ohtsuki K., Genda H., 2017. Ring formation around giant planets by tidal disruption of a single passing large Kuiper belt object. Icarus 282, 195-213

    *Hyodo R., Charnoz S., 2018. Dynamical Evolution of the debris disk after sa satellite catastrophic disruption around Saturn. Astron. J., 154, Id.34

    *Hyodo R., Charnoz S., Genda H., Ohstsuki K., 2016.Formation of Centaurs’ Rings through Their Partial Tidal Disruption during Planetary Encounters. ApJL 828, id L8

     


    Theme 2:

     

    Miljković, K., M. A. Wieczorek, G. S. Collins, M. Laneuville, G. A. Neumann, H. J. Melosh, S. C. Solomon, R. J. Phillips, D. E. Smith and M. T. Zuber (2013). Asymmetric distribution of lunar impact basins caused by variations in target properties, Science, 342, 724-726, doi:10.1126/science.1243224.

    Laneuville, M., M. A. Wieczorek, D. Breuer, and N. Tosi (2013). Asymmetric thermal evolution of the Moon, J. Geophys. Res. Planets, 118, 1435-1452, doi:10.1002/jgre.20103.

    Thorey, C., and C. Michaut (2014), A model for the dynamics of crater-centered intrusion: Application to lunar floor-fractured craters, J. Geophys. Res. Planets, 119, 286–312, doi:10.1002/2013JE004467.

    Laneuville, M., M. A. Wieczorek, D. Breuer, J. Aubert, G. Morard, T. Rückriemen (2014). A long-lived lunar dynamo powered by core crystallization, Earth Planet. Sci. Lett., 401, 251-260, doi:10.1016/j.epsl.2014.05.057.

    Miljkovic, K., M. A. Wieczorek, G. S. Collins, S. C. Solomon, D. E. Smith, M. T Zuber, Excavation of the lunar mantle by basin-forming events on the Moon, Earth Planet. Sci. Lett., in revision.

    Price, M.C., Ramkissoon, N. K., McMahon, S., Miljkovic, K., Parnell, J., Wozniakiewicz, P. J., Kearsley, A. T., Blamey, N. J. F., Cole, M. J., Burchell, M. J. (2014). Limits on methane release and generation via hypervelocity impact of Martian analogue materials, Int. J. Astrobiology, 13, 132-140, doi: 10.1017/S1473550413000384.

    Thorey C., Michaut C. (2014). A model for the dynamics of crater-centered intrusion: Application to lunar floor-fractured craters, Journal of Geophysical Research: Planets, DOI: 10.1002/2013JE004467

    Thorey C., Michaut C., Wieczorek M. (2015). Gravitational signatures of lunar floor-fractured craters, Earth Planet. Sci. Lett., doi:10.1016/j.epsl.2015.04.021

    Charnoz, S. and C. Michaut, Evolution of the protolunar disk: Dynamics, cooling timescale and implantation of volatiles onto the Earth, Icarus 260, p. 440-463, doi:10.1016/j.icarus.2015.07.018, 2015.

    Michaut, C., M. Thiriet and C. Thorey, Insights into mare basalt thicknesses on the Moon from intrusive magmatism, Phys. Earth Planet. Int. 257, p.187-192, doi:10.1016/j.pepi.2016.05.019, 2016.

    Thorey, C. and C. Michaut, Elastic-plated gravity currents with a temperature-dependent viscosity, J. Fluid Mech. 805, p. 88-117, doi:10.1017/jfm.2016.538, 2016.

    Thiriet, M., C. Michaut, D. Breuer, and A.-C. Plesa, Consequence of a hemispheric dichotomy in crustal composition on the thermal evolution of Mars, J. Geophys. Res. Planets.

    Delage, P., Karakostas, F., Dhemaied, A. , Belmokhtar, M., Lognonné P., Golombek, M., De Laure, E., Hurst, K., Dupla, J.C.,, Keddar, S., Cui, Y.J., Banerdt, W.B., An Investigation of the Mechanical Properties of Some Martian Regolith Simulants with Respect to the Surface Properties at the InSight Mission Landing Site, Space Sci Rev, 211, 191–213, doi: https://doi.org/10.1007/s11214-017-0398-9, 2017.

    Thiriet, C., C. Michaut, A.-C. Plesa, D. Breuer, Hemispheric dichotomy in lithosphere thickness on Mars caused by differences in crustal structure and composition, accepted to JGR Planets pending minor revisions, 2017.

     

     


    Theme 3:

     

    A. Lucas, S. Rodriguez, C. Narteau, B. Charnay, T. Tokano, A. Garcia, M. Thiriet, S. Courrech du Pont, A.G. Hayes, R.D. Lorenz. Origin and morphology of Titan’s dune, GRL 41, Issue 17, pp. 6093-6100, doi: 10.1002/2014GL060971 (2014).

    B. Charnay, E. Barth, S. Rafkin, C. Narteau, S. Lebonnois, S. Rodriguez, S. Courrech du Pont and A. Lucas. Methane storms control Titan’s dune orientation, Nature Geoscience 8, 362-366,  doi: 10.1038/ngeo2406 (2015).

    T. Hatano, C. Narteau, P. Shebalin, Common dependence on stress for the statistics of granular avalanches and earthquakes, Scientific Reports 5, 12280 (2015).

    M. Mandea, C. Narteau, I. Panet, J.L. Le Mouel, Gravimetric and magnetic anomalies produced by dissolution-crystallization at the core mantle boundary, Journal of Geophysical Research  120, doi:10.1002/2015JB012048 (2015).

    X. Gao, C. Narteau, O. Rozier, S. Courrech du Pont, Phase diagrams of dune shape and orientation depending on sand availability, Scientific Reports, 5, 14677, doi:10.1038/srep14677 (2015).

    A. Lucas, C. Narteau, S. Rodriguez, O. Rozier, Y. Callot, A. Garcia  and S. Courrech du Pont. Sediment flux from the morphodynamics of elongating linear dunes, Geology 43, 1027–1030, doi:10.1130/G37101.1 (2015).

    X. Gao, C. Narteau, O. Rozier, Development and steady states of transverse dunes: a numerical analysis of dune pattern coarsening and giant dunes, Journal of Geophysical Research 120, 2200–2219, doi:10.1002/2015JF003549 (2015).

    P. Lv, Z. Dong, C. Narteau, O. Rozier. Morphodynamic mechanisms for the formation of asymmetric barchans: improvement of the Bagnold and Tsoar models , Environmental Earth Sciences, 75:259, doi:10.1007/s12665-015-5083-2 (2016).

    X. Gao, C. Narteau, O. Rozier. Controls on and effects of armoring and vertical sorting in aeolian dune fields: A numerical simulation study, GRL 43, 2614–2622, doi:10.1002/2016GL068416 (2016).

    I. Vorobieva, P. Shebalin, C. Narteau. Break of slope in earthquake size distribution and creep rate along the San Andreas Fault system, GRL 43, 6869–6875, doi:10.1002/2016GL069636 (2016).

    P. Lv, C. Narteau, Z. Dong, O. Rozier, S. Courrech du Pont. Unravelling raked linear dunes to assess sediment flux in complex dunefields, Nature Communication, DOI: 10.1038/ncomms14239 (2017).

    S. Rodriguez, S. Le Mouélic, J. W. Barnes, B. Charnay, J. F. Kok, R. D. Lorenz, J. Radebaugh, T. Cornet, O. Bourgeois, A. Lucas, P. Rannou, C. A. Griffith, A. Coustenis, T. Appéré, M. Hirtzig, C. Sotin, J. M. Soderblom, R. H. Brown, J. Bow, G. Vixie, L. Maltagliati, S. Courrech du Pont, C. Narteau, R. Jaumann, K. Stephan, K. H. Baines, B. J. Buratti, R. N. Clark, P. D. Nicholson. Dust storms on Titan, under review in Nature Geoscience.

    A. Lucas, S. Rodriguez, F. Lemonnier, A. Le Gall, C. Ferrari, P. Paillou, C. Narteau. Texture and composition of Titan’s equatorial sand seas inferred from Cassini SAR data: Implications for aeolian transport and dune morphodynamics at Saturn’s largest moon, under review in JGR.

    L. Fernandez-Cascales?, A. Lucas, S. Rodriguez, A. Spiga, C. Narteau. From dunes to aeolian sediment transport in north polar sand seas of Mars, under review in EPSL.

    Lü, P., C. Narteau, Z. Dong, O. Rozier, S. Courrech du Pont. Unraveling raked linear dunes to assess sediment flux in complex dunefields, Nature Communication 8, 14239, doi:10.1038/ncomms14239, 2017.

    Shebalin P., C. Narteau. Depth dependent stress revealed by aftershocks, Nature Communication 8, 14239, NCOMMS-17-04443B, 2017.

    Fernandez-Cascales L., Lucas A., S. Rodriguez, X. Gao, A. Spiga, C. Narteau, First quantification of relationship between dune orientation and sediment availability, Olympia Undae, Mars, under review in EPSL.

    Lucas A., S. Rodriguez, F. Lemonnier, A. Le Gall, C. Ferrari, P. Paillou, C. Narteau. Texture and composition of Titan’s equatorial sand seas inferred from Cassini SAR data: Implications for aeolian transport and dune morphodynamics at Saturn’s largest moon, under review in J. Geophys. Res. Planets.

    Rodriguez S., S. Le Mouélic, J. W. Barnes, B. Charnay, J. F. Kok, R. D. Lorenz, J. Radebaugh, T. Cornet, O. Bourgeois, A. Lucas, P. Rannou, C. A. Griffith, A. Coustenis, T. Appéré, M. Hirtzig, C. Sotin, J. M. Soderblom, R. H. Brown, J. Bow, G. Vixie, L. Maltagliati, S. Courrech du Pont, C. Narteau, R. Jaumann, K. Stephan, K. H. Baines, B. J. Buratti, R. N. Clark, P. D. Nicholson. Dust storms on Titan, under review in Nature Geoscience.

    Brossier J.F., S. Rodriguez, T. Cornet, A. Lucas, J. Radebaugh, L. Maltagliati, S. Le Mouélic, A. Solomonidou, A. Coustenis, M. Hirtzig, R. Jaumann, K. Stephan, and C. Sotin. Titan’s Equatorial Belt: Composition and Geomorphology from Cassini/VIMS and RADAR data, under review in J. Geophys. Res. Planets.

    Daubar I. et al. (S. Rodriguez and A. Lucas included), Impact-Seismic Investigations of the InSight Mission, in preparation.

    Spiga A. et al. (S. Rodriguez and A. Lucas included), Atmospheric Science with InSight, in preparation.

    Golombek M. et al. (S. Rodriguez and A. Lucas included), InSight Geology Investigation, in preparation.

     

 

Enregistrer

Enregistrer